Zoom sur Hugo Broux

Peux-tu te présenter?

Je m’appelle Hugo Broux, j’ai 23 ans, je suis né à Chalon mais je n’y ai pas toujours vécu.

Comment es-tu venu au basket ?

C’est assez simple, c’est mon père qui m’a emmené au Colisée depuis très jeune voir des matchs de l’Elan, et j’ai tout de suite accroché aussi bien au sport en lui-même, qu’à l’ambiance et la ferveur autour du club.

Raconte-nous ton parcours basket.

Malheureusement, ça va être très rapide, ça se résume à 1an et demi/2 ans de basket à l’USSR (Saint-Rémy) en Benjamin après avoir fait 1 an d’athlétisme à Tournus.

A hauteur d’une vingtaine de déménagements et de quelques soucis de croissance, ma relation avec le sport a été un peu compliquée…

Et à part le basket, tes centres d’intérêts?

A part le basket, ce qui me vient tout de suite à l’esprit c’est les animes, les jeux vidéos, puis sortir avec les potes évidemment.

En dehors de ça et en restant dans le sport, il y a aussi l’OM même si cette année c’est compliqué! Le catch et le MMA de plus en plus.

Ton plus beau souvenir ?

Mon plus beau souvenir, comme ça je dirais le titre de 2017, même si je l’ai vécu depuis Toulon.

Comment te vois-tu dans 15 ans ?

Dans 15 ans, j’espère être dans le basket, mais si ce n’est pas le cas, je me vois bien travailler avec des jeunes/ados, chose que je pensait impossible si on me l’avait demandé il y a encore 5-6 ans.

Qui aurais-tu voulu être ?

En personnage fictif, Luffy dans One Piece, à la recherche de la liberté. En personne réel, j’ai une grande héroïne et c’est ma maman. Mais sinon je suis moi et c’est déjà pas mal.

Qu’est ce qui t’amène dans le métier et quelles sont tes ambitions ?

Ce qui m’amène dans ce métier, déjà c’est une vrai passion pour le basket, et une opportunité qui j’estime était à prendre peu importe où ça va me mener. 
Mes ambitions, c’est une bonne question, je me vois pas forcément coach pro, je pense que je préfère la formation, ou alors plus directeur de structure, je sais pas encore vraiment. 

Hélène Letoret
Les derniers articles par Hélène Letoret (tout voir)