Très belle saison de l’ Association malgré quelques aléas frustrants

L’assemblée générale de l’Association s’est tenue le 24 juin dernier au Clos bourguignon et s’est révélée comme l’une des plus riches depuis plusieurs années. Plus d’une centaine de licenciés et de dirigeants et surtout un bilan sportif des plus aboutis. Sauf que deux décisions fédérales ou de ligue ont frustré le club. Le rapport moral de la Présidente Christine Juillot résume parfaitement cet exercice 2021/2022 :

« Après deux saisongrandement impactées par la pandémie, vécues au rythme des tests de toutes nature, et pendant lesquelles le masque est par trop venu cacher les sourires de chacun, enfin, 2021/2022 se révéla de meilleure veine.

Certes avons-nous encore connu quelques frayeurs mais qui se sont rapidement estompées, nous permettant ainsi de vivre un exercice presque normal.

Et, premier élément statistique de nature à nous donner le moral, nos effectifs sont revenus pratiquement à hauteur de notre saison record de 2017/2018 qui affichait 478 licenciés. Cette saison, nous étions 474 dont 30 handis Il est vrai que notre décision d’avoir proposé la gratuité du renouvellement nous a été favorable.

Avant d’aborder le volet sportif qui, on le verra, nous a apporté de belles satisfactions, mais aussi, et la pilule est amère, quelques désillusions, il me faut évoquer un domaine qui pose de plus en plus de problèmes aux associations sportives, à savoir le bénévolat

Le bénévole est devenu denrée rare et bien évidemment la pandémie n’a rien arrangé. Et aujourd’hui, nous nous posons une question vitale : sera-t-il possible de poursuivre notre activité avec autant d’équipes et de licenciés. Sans doute non !

Malgré deux candidatures nouvelles au conseil d’administration ? les mêmes dirigeants siègent depuis de nombreuses années, qui, pour le plupart , il faut le souligner, n’ont plus d’enfants licenciés. Guère de parents acceptent de s’investir et, ce que l’on ne connaissaient pas il ya quelques années, des problèmes d’accompagnement d’équipes se sont faits jour à tel point que nous avons été contraints de déclarer plusieurs forfaits au niveau des poussines notamment, certains parents décidant de ne pas envoyer leurs enfants pour les matches.

Nous avons eu aussi de graves difficultés à maintenir une équipe 3 en U13 alors qu’au début de saison nous comptions 40 licences. Notre décision pour 2022/2023 sera de n’engager que deux équipes, une en région et une en département avec 15 joueurs maximum. A part les U11, la perspective en mini basket est à la baisse en garçons comme en filles.

Carence il y a aussi en ce qui concerne les tenues de tables de marque, les OTM sont peu nombreux et c’est un casse-tête permanent que d’organiser les matches du week end. Ce d’autant que les exigences fédérales nous obligeront

à fournirun dirigeant supplémentaire pour le sécurité dans tous les matches « région » à compter de la saison prochaine

Je lance un appel aux parents pour qu’ils acceptent de faire un effort, et qu’ils comprennent que la situation des clubs, pas simplement le nôtre, est alarmante.

Et cette désaffection touche aussi aux manifestations que nous organisons pour nous permettre de vivre. Notre soirée dansante a une nouvelle fois dû être annulée, et le loto, jadis très fructueux a montré un certain essoufflement. Certes la situation économique actuelle, la concurrence, le beau temps le jour de l’organisation, ont constitué un handicap, mais force est de constater que la participation des parents s’est révélée très faible.

En relançant le tournoi parents, nous avions tenté de se rapprocher d’eux et ainsi favoriser les échanges. Non seulement entre eux mais aussi avec les dirigeants. Neuf équipes seulement y ont participé et le côté convivial qui présidait aux précédentes éditions avec un gigantesque partage du repas tiré du sac, fut décevant.

A noter en revanche, la réussite de la venue du père Noël, qui s’était à l’occasion mué en mascotte et qui rassembla 80 enfants.

Aussi, le succès du tournoi 3X3 fluo nous encourage à le reconduire avec quelques aménagements.

Et au rang des organisations qui donnent pleine satisfaction, citons le camp d’été. Le covid et ses protocoles nous avaient obligé à réduire un peu la voilure mais pour l’édition 2022, le camp est dores et déjà complet avec 113 joueurs et joueuses auxquels se joindront une quinzaine d’arbitres.

Je n’oublierai pas non plus la création d’une école d’arbitrage sous la houlette d’Antonin Fajerman qui a initié une quinzaine de jeunes licenciés lesquels ont dirigé de nombreux matches de petits et officié lors de tournois mini basket du Comité 71. A noter en ce qui concerne nos arbitres, la réussite de deux d’entre eux, Jérémy Dubois qui est sorti second du stage national et qui officiera en NM1, ainsi que Pierre Davadan, qui lui sifflera en NM2

Vous le savez sans doute, et je me réjouis d’ailleurs de son retour parmi nous, Romain Chenaud retrouve l’Elan et son centre de formation auquel il a déjà tant apporté. Cela pour vous dire que nous avons établi une passerelle entre les cadets régions et les cadets France qui permettra en premier lieu à trois de nos joueurs Noah Vaudelin, Amine Harbaoui et Enzo Ponsot d’intégrer le centre de formation.

Sachant que dans l’optique de donner toutes ses chances à notre équipe prénationale masculine d’accéder à la Nationale 3, des espoirs pourraient venir renforcer cette équipe qui sera entraînée par Benoît Claude, lui aussi ancien joueur espoir de l’Elan. Ne cachons pas notre ambition de parvenir avec notre équipe 2 d’accéder à la N3, ce qui n’était jusque là jamais arrivé.

Ce d’autant que nos filles n’ont pu y conserver leur place malgré une saison courageuse. Tout s’est joué à très peu, à une victoire.

Venons-en aux résultats qui ont permis à l’Elan de faire honneur à son rang.

Le premier est à mettre à l’actif des U18 filles qui ont brillamment décroché le titre de championne de France groupe B à Mulhouse. Point d’orgue d’une saison particulièrement accomplie , elles sont sorties invaincues de la seconde phase, ce titre est historique pour le club. Félicitations à toutes les filles et à leurs coaches Axel et Laura.

Hélas, cent fois hélas, ce titre si brillamment conquis, et le travail accompli par cette section élite de l’Elan depuis trois ans, n’a pas pesé dans une décision fédérale qui nous affecte profondément. Deux places en U18 France ont été reprise à la Bourgogne et nous en avons fait les frais, la Ligue ayant choisi Charnay et Chenôve. Le sacre de Mulhouse avait engendré une joie intense, les larmes de toutes les filles qui ne pourront poursuivre chez nous en ont dit long sur leur déception. Mais nous conserverons cette section avec les mêmes rythmes d’entraînement pour maintenir ce niveau d’excellence.

Cela n’était pas arrivé depuis longtemps l’Elan s’est aussi paré de deux titres de champions de Bourgogne Franche Comté avec les U15 filles de Catherine Délery, et les U13 garçons que coache Fabrice Edom. Bravo à eux.

Et la semaine dernière, une équipe de l’Elan s’est qualifiée pour la finale nationale U18 filles de l’open + en 3×3.

Première également pour notre équipe basket fauteuil qui est montée sur le podium de la N1B, se qualifiant pour le final foor. A Feurs, les protégés de Sandra ont fait mieux que se défendre, notamment contre Lannion une équipe de N1A à qui ils n’ont concédé que 4 points. Tout comme au tournoi qualificatif à l’Eurocup à Lille. Où Romain Damoizeau a été élu MVP.

Félicitations également à Milea Ita, Lisa Clary et Samih pour leurs nouvelles capes internationales.

Enfin, pour donner la preuve que notre association rayonne, sachez que nous avons renouvelé tous les labels, à savoir le mini basket pour trois ans, le label cotoyen trois étoiles, les deux labels formateurs élite trois étoiles fille et garçon ainsi que pour la section handisport.

Si la décision concernant nos U18 filles a été ressentie comme une sanction inacceptable, il en est une autre qui ajoute à notre colère et qui frôle même le scandale.

Elle touche les U15, la génération U13 qui vient d’être sacrée et dont le potentiel est prometteur. Elle aurait pu disputer un championnat de France, ce vers quoi nous postulons depuis plusieurs années. La Fédération avait attribué une place supplémentaire à notre Ligue, mais celle-ci, sans même nous en avertir a rendu cette place à la Fédération. Raison invoquée, le risque d’affaiblissement du pôle.

Croyez bien que la pilule est dure à avaler. Trop c’est trop.

Voilà pour ce qui est du bilan sportif, sachant que nous ne changerons rien de notre volonté à poursuivre notre politique de basket de haut niveau, sans bien évidemment abandonner ce qui constitue notre creuset, le basket pour toutes et tous.

Les perspectives, ne nous laissent pas croire toutefois que cela sera facile. Une pénurie d’entraîneur se fait sentir et les créneaux d’entraînement semblent poser d’énormes problèmes.

De ce tour d’horizon, n’omettons pas d’évoquer les finances. Les dépenses se sont révélées en augmenation du fait des déplacements lointains de plusieurs équipes, les organisations extra basket , on l’a vu, n’ont pas été aussi juteuses, mais nos provisions de 2021 ont permis l’équilibre, voire un peu mieux, ce qui nous autorisera l’achat d’un troisième minibus. Reste encore à connaître quel sera le montant de notre subvention municipale toujours en attente.

Le rideau est retombé sur une saison qui aurait pu, sans les accrocs que j’ai évoqués être la plus belle que nous ayons vécue depuis longtemps. Pour terminer, qu’il me soit permis de remercier tous les dirigeants qui m’entourent et qui se dévouent sans compter, les quelques parents, qui nous aident, (tout de même, il y en a), l’ensemble des entraîneurs, et bien sûr les collectivités et les partenaires qui nous accompagnent. Sans oublier la Sem dont je salue le nouveau président Vincent Bergeret et son directeur Rémy Delpont. 

Et que vos vacances soient belles et profitables »

Rapports des responsables de commission, intervention des différentes personnalités présentes précédèrent la traditionnelle remise des récompenses, non seulement aux licenciés qui ont conquis des titres mais aussi à quelques dirigeants, entraîneurs et parents.

Hélène Letoret
Les derniers articles par Hélène Letoret (tout voir)