Entretien avec Axel JOLY sur son équipe U18 Filles Elite

Axel JOLY a répondu gentiment à notre sollicitation concernant sa première saison en tant que coach de l’équipe U18 Filles Elite.

 

Bonjour Axel, nous avons reçu ce lundi confirmation par la Ligue de Bourgogne Franche Comté que l’Elan Chalon Association conservait son équipe U18 filles Elite, quelle a été ta réaction à l’annonce de cette bonne nouvelle ?

 

Axel JOLY : Ce fut un grand soulagement puisque ça nous permet, au club et à moi-même, de continuer ce tout nouveau projet qui a été mis en place depuis cette année. Bâtir un projet tel que celui-ci demande du temps et de l’investissement et les efforts consentis aujourd’hui ne seront visibles que dans 2 ans minimum il est donc important de travailler dans la sérénité par rapport à l’obtention du ticket U18.  La formation des jeunes ne peut passer que par un rapport de confiance et de patience avec la Ligue. Les résultats ne peuvent venir que parce que les clubs travaillent sereinement.

 

Axel, voilà maintenant bientôt deux mois que nous sommes confinés, cette    période j’imagine t’a permis de prendre du recul pour analyser ta saison. Peux-tu nous faire ton analyse par rapport à ton challenge de départ, ta perception de ton groupe, son évolution, ta collaboration avec Romain Serremoune ?

 

Comme chacun sait, nous sommes au commencement de ce nouveau projet U18. C’est une nouvelle naissance pour ainsi dire, une nouvelle génération de joueuses. Le challenge de départ était clair : tenter d’exister en championnat de France avec une équipe totalement recomposée. Et je peux vous dire qu’il n’y a pas plus grande fierté que d’avoir coaché cette équipe et les avoir vu aborder les matchs avec un état d’esprit exemplaire, une solidarité et une combativité irréprochable. Avec un groupe restreint de 11 filles au départ, nous avons abordé la saison à partir de novembre à 10 à cause d’une pathologie sérieuse d’une de nos joueuses et pas une fois dans l’année j’ai eu un problème d’effectif à l’entrainement.

Nous avons connu une période de forte progression en début de saison puis nous avons stagné au retour de vacances de noël. Toute évolution croissante connait une période d’accalmie et même de déclin un moment donné, il faut en prendre compte pour renforcer l’état d’esprit des joueuses, et leur faire comprendre que tous les efforts finiront par payer. Nous avons adapté certaines situations d’entrainement et modifié une partie de nos intentions de jeu pour retrouver un peu d’embellie et leur meilleur match avant le confinement venait conclure les deux meilleures semaines d’entrainements de la saison avec des individualités qui ont pu se mettre en avant alors qu’elles avaient été en retrait jusqu’ici. Nous avons connu des petites blessures, mais elles ont toujours su revenir avec une détermination de tous les instants. Pour une première saison, gagner trois matchs dans l’année, tenir tête à Roanne dès le 2 éme match de la saison, nous avons perdu en poule basse de 5 points nos deux premiers matchs contre des adversaires habitués à ce niveau de pratique. Là est la fierté que les dirigeants, Romain mon assistant et moi-même en tirons. Je savais qu’en arrivant à la tête de l’équipe le travail allait être difficile et qu’il fallait être patient. Mais je suis un homme de challenge et œuvré dans la facilité ne m’intéresse guère, et être au début de ce nouveau projet est gratifiant assurément.

Et pour finir, évidemment que je ne dois pas oublier l’apport et le travail de Romain Serremoune mon assistant. Les joueuses ressentent quand un staff ne s’entends pas, quand il y a des discordances. Dès le début ça a matché avec Romain, la gestion d’un groupe ne peut marcher que si toutes les personnes qui composent ce groupe comprennent qu’il faut travailler pour un objectif commun et un intérêt commun. Le seul objectif pour Romain et moi était de faire en sorte que ces filles prennent le maximum de plaisir possible sur et en dehors du terrain, c’était la condition sine qua non pour progresser et tenter de performer cette saison. Je tenais donc à remercier Romain pour son implication, son professionnalisme, son dévouement à l’égard du groupe et des filles. C’est une personne que je recommande fortement et j’espère avoir l’occasion de retravailler avec lui à l’avenir car les personnes de confiance sont rares.

 

 

Comment cette première expérience au sein de l’Elan Chalon a-t-elle été possible ? Peux-tu nous décrire ton poste ?

 

 Je tiens à remercier le club de Saint-Rémy et plus particulièrement Eric JULIEN-MARTIN son Président (mon employeur principal) de me permette d’adapter mon emploi du temps pour entrainer les U18 France à l’élan chalon. A Saint-Rémy je suis directeur technique du club, nous travaillons cependant ensemble avec les dirigeants afin de définir une politique sportive cohérente et développer le club en terme de formation de joueurs et formation d’entraineurs. J’entraine l’école de basket ainsi que le l’équipe première féminine en pré-nationale. Mon emploi du temps est donc divisé en approximativement en 2/3 à Saint-Rémy et 1/3 à l’élan chalon où j’entraine uniquement les U18 France féminine à hauteur de 8 entrainements par semaine. Et cela n’est possible qu’avec l’intelligence et la bienveillance des dirigeants des deux clubs qui me permette d’exercer ma passion avec beaucoup de facilités.

 Je tiens à remercier Christine Juillot Présidente du club de l’Elan Chalon Association et Murielle Thomann, vice présidente pour leur confiance sans oublier Jean Francois Letoret directeur d’élan formation.

Cette mise à disposition d’entraineur prouve bien que les ententes entre les clubs et dirigeants bienveillants et réfléchis sont possibles. Merci à eux.

 

 

J’imagine que maintenant ton emploi du temps est consacré à la préparation de la saison prochaine ?

 

Nous travaillons à l’heure actuelle d’arrache-pied pour bâtir une équipe qui pourra être encore plus compétitive la saison prochaine. L’objectif sera de faire encore mieux que cette année en allant chercher le plus de victoires possibles et en continuant de faire évoluer les joueuses pour qu’elles puissent atteindre leurs objectifs personnels.

Ne nous trompons pas d’objectif, il faut former des joueuses. C’est donc pour cette raison qu’à plus long terme, je souhaite que la ligue nous laisse le temps pour bâtir quelque chose de solide, de cohérent et d’intelligent pour le basket féminin à Chalon et dans le bassin Chalonnais.

 

Merci Axel pour ce temps que tu nous as accordé.

Les derniers articles par Asso (tout voir)